Une année d’activité, on fait le bilan ?

14 mai 2019 : après des semaines de travail, je lance mon programme « Les Astuces de Sophie • 28 jours pour réduire les glucides », et j’encaisse mon tout premier paiement, les yeux rivés à mes outils, pour m’assurer que les mails de confirmation partent correctement, que ma banque reçoit le paiement, que l’automatisation des mails s’enclenche…

Mon premier livre, sur lequel j’ai travaillé plusieurs mois, est sorti quelques jours auparavant. Je sais que je ne ferai pas fortune – avec des droits d’auteur à 0,70€ par livre vendu, il faudrait un miracle – mais je sais aussi que c’est le début d’autre chose, après 25 années de travail dans la communication et dans le marketing. J’ai envie de rebosser pour moi – j’a déja été à mon compte de 2009 à 2014 et si difficile que soit la vie d’entrepreneur, j’adore cette liberté – mais aussi et surtout de faire du sens, d’être utile.

Un an programme céto, le bilan

Un an plus tard, 14 mai 2020 : vous êtes plus de 600 à m’avoir fait confiance, le programme s’est enrichi, les tarifs ont évolué… C’est l’heure du bilan !

Si vous me suivez un peu par ailleurs, vous savez que j’aime bien faire des bilans, et que je parle en toute transparence de mes difficultés d’entrepreneur, des outils que j’utilise, de mon chiffre d’affaires… Pour cette première année d’activité, je marque le coup avec tout un article !

L’occasion déjà de vous remercier : vous êtes plus de 145000 à avoir visité mon site internet, plus de 6000 à vous être inscrits à ma newsletter, plus de 4500 à me suivre sur Instagram, et plus de 2000 à interagir sur ma page Facebook.

Et surtout parmi vous, 600 personnes m’ont fait confiance – merci, mille fois – et se sont inscrites à mon programme. Ces inscriptions m’ont permis de générer revenu net de 14500€ TTC, duquel il faut déduire 1000€ de frais bancaires, 2700€ de TVA et environ 5000€ de frais – honoraires de l’expert-comptable, assurances, hébergement du site, abonnement aux différents outils et logiciels, impôts et taxes…

On arrive à moins de 6.000€ de marge, soit 500€ brut par mois, dont il faudrait enlever 50% de charges si je souhaitais me rémunérer, mais que j’ai choisi d’investir en matériel, informatique, vidéo, photo, culinaire, pour pouvoir produire plus de contenu, plus facilement et de meilleure qualité.

Et on pourrait se dire que c’est peu, 250€ par mois, alors je travaille comme une acharnée à l’optimisation du site, la création de recettes, la production de contenus, la gestion des participants du programme, la migration – deux fois – des outils d’envoi d’email et tout un tas de trucs qu’on imagine pas et qui sont pourtant essentiels à ce que tout ça ‘tourne rond’…

… sauf qu’en vrai, c’est énorme !

C’est énorme parce que ce qui compte, ce n’est pas ce que j’ai gagné sur la première année d’activité mais les perspectives que ces 12 mois laissent entrevoir.

Lorsqu’on crée une entreprise, surtout ‘en ligne’, les ventes mettent du temps à décoller, et il faut parfois jusqu’à 18-24 mois pour définir une tendance. Autant vous dire qu’il peut s’en passer, des choses, en 24 mois… J’ai la chance de bénéficier du statut de « chômeur créateur d’entreprise » jusqu’à janvier 2021, et grâce à ce dispositif, je peux me consacrer totalement au développement de mon activité.

Et avec une augmentation linéaire d’environ 20% par mois du chiffre d’affaire depuis la création du programme – et un pic à +100% en avril grâce au confinement -, j’ai désormais la certitude que mon produit correspond à un besoin du marché et que si je maintiens mes efforts, je pourrais générer un revenu suffisant à me rémunérer d’ici la fin de l’année.

Pas pour me payer un salaire de ministre, hein, mais pour pérenniser mon activité et donc pouvoir continuer à l’exercer, parce que c’est ça, le nerf de la guerre quand on entreprend : gagner suffisamment d’argent pour en vivre décemment parce que sinon, on ne peut plus travailler ! L’argent n’est pas une fin en soi, c’est un moyen de maintenir son activité.

Et pour pérenniser mon activité, justement, j’ai récemment revu mon offre et mes tarifs, après une looooongue conversation avec François et Élodie, de La Céto Sympa – oui, je fais de la pub à des ‘concurrents’, c’est vous dire à quel point je suis zinzin 😜

Parce qu’il faut bien l’avouer, j’avais tout faux quand j’ai lancé mon programme. Je me voyais blogueuse culinaire, je pensais que mon métier était de produire des recettes et des contenus et que les 28 mails du programme serait le truc en plus auquel les lecteurs de mon blog souscriraient pour aller plus loin dans leur apprentissage.

Pendant des mois, j’ai donc dédié une grosse partie de mon énergie à créer du contenu gratuit, des recettes, des photos, des fiches pratiques, que je diffusais sur mon blog, ma newsletter et les réseaux sociaux… Pour finir par me rendre compte que la communauté qui s’était créée sur le groupe privé associé au programme ne consultait que très peu mon site, et que la vraie « richesse » se trouvait au final dans les contenus et les échanges du groupe et dans mon implication à l’animer – bien plus que sur les 28 mails du programme !

Et stratégiquement, ça change tout. Mes clients – j’ai horreur de ce terme mais techniquement, il est correct – ne sont pas les lecteurs de mon blog, mais bien ceux qui décident de s’inscrire au programme. Et c’est pourtant une règle que je devrais connaître, avec mon passé d’entrepreneur et ma double décennie passée dans le marketing : les efforts de toute entreprise doivent être tournés vers les CLIENTS.

J’ai donc, ces dernières semaines, procédé à des ajustements dans la façon dont je répartis mon énergie sur mes différentes tâches :

Je passe moins de temps sur les réseaux sociaux. J’y diffuse mes contenus, je réponds aux commentaires, mais j’ai arrêté de vouloir absolument échanger avec tous les membres de la communauté céto. Ce ne sont pas eux, mes clients et ce ne sont même pas des prospects : la plupart des gens qui partagent autour de l’alimentation cétogène n’a pas besoin de mon programme. J’aime les gens et j’adore échanger mais il faut être réaliste : c’est particulièrement chronophage et je dois choisir où je mets mon énergie !

Je passe plus de temps sur le groupe, sur lequel j’ai mis en place des modules d’apprentissage que j’alimente très régulièrement et un Live hebdomadaire qui est devenu au fil des semaines un vrai rendez-vous avec les membres.

Parce qu’au final, ce que je vends, ce n’est pas 28 mails, mais bien une expérience client, comme on dit dans le jargon. Alors oui, je continue à produire du contenu qui me permet de générer du trafic et de la visibilité sur mon site. Oui, je continue à travailler à mon référencement, j’envoie toujours ma newsletter, je gère toujours la technique et les outils… Mais avoir conscience que mes efforts doivent se porter sur cette expérience change tout, notamment dans mon acceptation de sa valeur !

Conséquences de ce changement d’état d’esprit, j’ai augmenté les tarifs du programme pour qu’ils correspondent à la réalité : je ne vends pas juste 28 mails, je vends un programme complet qui permet aux débutants de mieux comprendre les principes des différentes alimentations réduites en glucides, de déterminer celle qui leur convient en fonction de leurs objectifs et de leurs contraintes et de la mettre en oeuvre durablement grâce à une méthode d’organisation, le tout basé sur mon expérience.

Et pas seulement mon expérience personnelle de 14 années d’alimentation réduite en glucides, mais également et surtout de mon expérience de près de 20 ans de gestion de projet, en management d’équipes, en coaching de dirigeants, en enseignement en études supérieures. Autant de compétences qui me permettent de vous accompagner sur la mise en place durable d’une alimentation réduite en glucides non pas parce que je vous en explique le fonctionnement – il y a des milliers de sites gratuits qui font ça très bien – mais parce que je vous partage ces informations en utilisant des techniques de formation et d’apprentissage qui vous permettent de mieux les comprendre et de vous les approprier.

J’ai également décidé de valoriser le groupe Facebook associé au programme. Il compte désormais près de 600 membres, qui partagent avec bienveillance, se soutiennent, se motivent, et j’y consacre la majeure partie de mon temps, pour répondre aux questions, partager des ressources, expliquer des concepts. Les membres de ce groupe confirment tous ce que je devinais en le créant pour l’associer à mon programme : un groupe privé, composé de gens motivés et engagés apporte une vraie valeur. Désormais, la souscription au programme prévoit donc un accès pour 3 mois au groupe et le maintien dans le groupe devient payant sous la forme d’un abonnement mensuel, pour garantir que les participants qui le composent soient motivés et engagés.

Pour en savoir plus sur cette nouvelle offre et ces nouveaux tarifs, je vous invite à vous rendre sur la page du programme, ici :
👉 https://www.lesassiettes.fr/programme

Et s’il vous intéresse, ne tardez pas trop à vous inscrire, j’ai mis en place un code promo à 50% pour ce mois “anniversaire”, histoire d’adoucir l’augmentation de tarif 😅

2 réponses

  1. Jean marie dit :

    Bonjour Sophie,
    merci pour ce témoignage ouverte et transparent
    envisage pour ma part de me lancer.. j’ai tout à construire mais sur un sujet délicat

    Cordialement.

    • Sophie dit :

      Bonjour Jean-Marie ! La transparence est mon credo depuis toujours, c’est aussi un moyen d’aider ceux qui veulent se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat… Bon courage pour ton projet 💪🏻

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.